dimanche 16 avril 2017

Début de saison - Avril 2017

Bonjour à tous,

Lors des derniers jours, plusieurs athlètes du groupe de l’Université Laval débutaient la saison estivale lors de compétitions en sol américain. Un contingent d’une quinzaine d’athlètes du CAUL sont présentement en Californie en camp d’entraînement, on a donc vu ces athlètes ouvrir la saison aux rencontres de Mt Sac Relays et Bryan Clay Invite. D’autres athlètes du groupe ont préféré se rendre à l’Université Bucknell en Pennsylvanie afin de lancer la campagne en plein air.

Dans l’ensemble, je dresse un bilan positif de ce premier week-end de compétition pour les coureurs de l’Université Laval. Comme c’est habituellement le cas lorsque plusieurs athlètes sont en action, il y a eu de bons coups, mais aussi quelques déceptions. Nous sommes seulement à la mi-avril, la saison fait à peine commencer et il y aura plusieurs autres occasions intéressantes pour les athlètes du club dans les prochaines semaines. On doit garder en tête qu’on est à une période de l’année où les athlètes ont fait relativement peu d’entraînements spécifiques, il y a donc théoriquement beaucoup de place pour de l’amélioration dans les prochaines semaines.

Difficile de résumer l’ensemble des résultats du week-end comme plusieurs athlètes étaient en action, mais je me permets de vous dresser un bilan des cinq performances qui me semblent particulièrement dignes de mention.

5. Anne-Marie Gauthier maintenant à l’aise sur 5000m.

Bien qu’elle réalise d’excellentes performances sur 1500m et 3000m depuis quelques années, Anne-Marie Gauthier avait jusqu’à tout récemment de la difficulté à transposer son niveau de forme sur une distance de plus de 3000m. Vendredi soir lors du Mt Sac Relays, elle a su changer cette tendance en signant un chrono de 16:36.36 sur 5000m en gérant sa course de belle façon.

Ce résultat laisse donc présager une saison estivale intéressante pour Anne-Marie qui avait d’ailleurs bien terminer la saison en salle avec un record personnel sur 3000m en mars dernier en 9:32.16. Elle a donc su continuer sur sa lancée et il sera intéressant de voir ce qu’elle pourra réaliser dans les prochaines semaines. À court terme, on la verra de nouveau sur 5000m le 27 avril prochain au Penn Relays alors qu’elle fera ses débuts sur 1500m un peu plus tard dans la saison.

Anne-Marie Gathier sur 3000m lors du championnat U Sports 2017. 

4. Anne-Marie Comeau réussi son retour sur piste.

Après une saison en plein air 2015 remplie de succès avec un record du Québec junior sur 5000m et une médaille d’argent au championnat panaméricain junior sur la même distance, Anne-Marie Comeau avait été plus discrète dans le monde de l’athlétisme. Durant la majeure partie de l’année 2016, elle avait plutôt tourné son attention vers le monde de ski de fond, sport dans lequel elle est également très talentueuse.


Après quelques bons mois d’entraînement à la course à pied, Anne-Marie faisait donc son retour sur piste sur 5000m au Bryan Clay Invite à l’Université Azusa Pacific. Son retour fut au-delà des attentes, puisqu’elle a abaissé son record personnel de huit secondes en signant un temps de 16:26.80 dans une course où elle a été très combative et où elle a bien géré son effort.

Dans les prochaines semaines, on verra Anne-Marie prendre part à quelques courses sur route alors qu’elle se prépare notamment pour le championnat canadien de 10km sur route qui aura à la fin mai à Ottawa. Par la suite, elle prendra part à quelques épreuves sur piste sur 5000m et 10 000m.

Anne-Marie Comeau au championnat national d'athlétisme de 2015. 

3. Jean-Simon Desgagnés en 14:33.09 sur 5000m à Bucknell.

Seulement quelques semaines après sa participation au championnat du monde de cross-country en Ouganda, Jean-Simon a confirmé qu’il était dans son meilleur niveau de forme en carrière en améliorant son record personnel d’une dizaine de secondes sur 5000m.

Son chrono de 14:33.09 représente la cinquième meilleure performance sur 5000m pour un junior dans l’histoire de l’athlétisme québécois. Ce résultats place d’ailleurs Jean-Simon en bonne position pour aspirer à une sélection sur l’équipe nationale pour le championnat panaméricain junior qui aura lieu au Pérou en juillet prochain.

Jean-Simon démontre une belle polyvalence à l’entraînement et on le verra sur 1500m, 3000m steeple et 5000m cet été. 

Jean-Simon Desgagnés lors du championnat NACAC de cross-country 2017. 



2. Anthony Larouche sous la barre des 30 minutes au 10 000m.

Vendredi dernier à Bucknell, Anthony Larouche a réalisé un exploit pour le moins impressionnant en signant un chrono de 29:55.44 et en devenant le premier québécois sous la barre des 30 minutes sur 10 000m depuis une dizaine d’années.

Au-delà de la valeur de cette performance, ce qui est impressionnant est le parcours atypique d’Anthony. À ses débuts sur le circuit universitaire, il avait à peine le niveau pour joindre l’équipe universitaire du Rouge et Or. Étape par étape, il a fait ses classes et a enchaîné les kilomètres pour éventuellement devenir un des bons coureurs au Québec en plus de contribuer au succès du Rouge et Or sur la scène nationale en cross-country.

En plus de cela, Anthony a continué sa carrière compétitive en course à pied après ses cinq années d’admissibilité et il concilie de belle façon son rôle d’enseignant à sa réalité de coureur. Depuis quelques semaines, Anthony est également père de famille, chapeau pour cette belle conciliation et félicitations à lui et sa conjointe par la venue de la petite Ophélie.

On le verra à nouveau en action la semaine prochaine, alors qu’il participera au 21.1km à Montréal dans le cadre du Demi-Marathon Banque Scotia.

Anthony Larouche lors d'une des courses de la Soirée Rouge et Or en 2017. 

1. Aurélie Dubé-Lavoie sous la barre de 4 :20 au 1500m.

Dans les deux dernières années, Aurélie-Dubé Lavoie progresse de façon impressionnante. Au courant de la saison en salle 2017, elle a très bien fait sur 1500m en signant le record du Québec espoir (moins de 23 ans) et en reportant la médaille de bronze lors du championnat canadien universitaire U Sports.

Vendredi sur la piste de l’Université Azusa Pacific en Californie, Aurélie a réalisé une performance exceptionnelle en arrêtant le chrono à 4:19.55 sur 1500m en améliorant sa marque personnelle de quatre secondes. L’exploit est d’autant plus impressionnant, car elle a dû prendre la tête de la course après 700m et courir seule à l’avant du peloton en devançant sa plus proche rivale de sa section par quatre secondes.

On peut donc supposer que dans les prochaines semaines, elle parviendra à abaisser cette marque de façon significative. Il sera intéressant de suivre de près ses performances des prochains mois.


À court terme, c’est sur 5000m qu’on reverra Aurélie alors qu’elle tentera d’abaisser sa marque personnelle sur la distance au Penn Relays à la fin du mois d’avril. 

Aurélie Dubé-Lavoie lors de sa 3e place au championnat U Sports 2017 sur 1500m. 


À bientôt 



Coach Lapointe 

mercredi 15 mars 2017

Championnat U Sports Athlétisme 2017

Bonjour à tous,

À chaque année, le championnat national universitaire est une compétition intense et stimulante qui nous réserve son lot de surprises. L'édition 2017 tenue à Edmonton ne fait pas exception. L'ensemble des athlètes, entraîneurs et spectateurs présents ont pu voir des performances exceptionnelles de la part des meilleurs étudiants-athlètes du circuit canadien.

Voici les dix éléments qui ont particulièrement marqué mon championnat en tant qu'entraîneur-chef de la formation d'athlétisme du Rouge et Or de l'Université Laval.


10. Des vétérans qui complètent de beaux parcours avec le Rouge et Or.

Chapeau à ceux et celles qui ont complété leur 5e année d'éligibilité le week-end dernier en représentant le Rouge et Or pour une dernière fois lors du championnat national universitaire.

Benjamin Raymond, qui a agi comme capitaine de l'équipe ses deux dernières années aura certainement eu un impact majeur sur l'unité au sein du groupe en transmettant sa passion à ses coéquipiers et en étant un leader positif au sein de la formation. Mention spéciale à Benoit Didier, cet étudiant-athlète français qui a grandement progressé au courant des cinq dernières années en abaissant notamment son record personnel sur 600m jusqu'à 1:19.86 alors qu'il avait peine à courir en 1:27 à son année recrue.

Benoit Didier sur 4x800m lors du championnat national universitaire 2017. 


9. Trois représentants du Rouge et Or dans le Top 7 au pays à heptathlon.

Chapeau à Peter Nsaka Malonge (4e), Ludovic Gravel (6e) et Erwan Le Moüel (7e) qui ont connu un excellent week-end de compétitions à Edmonton. Cela a été excitant de suivre ces trois athlètes lors des sept épreuves de l'heptathlon. Bravo à mon collègue Simon Louis-Seize pour les succès de ses protégés, c'est un plaisir de voir des athlètes du Rouge et Or capable de connaitre du succès sur la scène nationale dans les épreuves combinés.

Mention à Peter qui a également très bien fait au saut en hauteur (5e) et au triple saut (7e) en plus de sa 4e place à l’heptathlon. C'est donc un excellent premier championnat national universitaire en carrière pour Peter, on a déjà hâte de voir ce qu'il sera en mesure de faire cet été au décathlon.

Simon Louis-Seize (Entraîneur) en compagnie des athlètes Erwan Le Mouël, Peter Nsaka Malonge et Ludovic Gravel.

8. Un 3000m qui se termine malheureusement dans la confusion.

Bien que la course s'annonçait excitante, le 3000m masculin s'est conclu d'une triste façon lorsque les officiels ont fait l'erreur de sonner la cloche alors qu'il restait deux tours à compléter. Deux des coureurs du groupe de tête se sont donc lancés dans un sprint final alors qu'Antoine Thibeault a géré son effort adéquatement pour finir le 3000m seul en tête.

C'est d'une part dommage pour les coureurs qui a été pénalisés par cette erreur, mais c'est également dommage pour Antoine qui aurait certainement préféré remporter l'épreuve dans des conditions régulières. En espérant ne pas revoir ce genre de problématique dans le futur.

Bravo à Antoine Thibeault (1er), Igor Bougnot (2e) et Jontahtn Tedeschi (5e) qui ont été en mesure de bien faire malgré un contexte particulier.

Antoine Thibeault au passage à 2800m durant le 3000m lors du championnat U Sports. 

7. Geneviève Gagné surprend et monte sur le podium au saut en hauteur.

Après une année recrue avec le Rouge et Or très positive en 2016, Geneviève a malheureusement été ralentie par les blessures en 2017. Elle s'est malgré tout qualifiée pour le championnat national universitaire en étant classée 12 au pays ce qui lui a permis d'obtenir le dernier laisser-passer pour le grand rendez-vous à Edmonton.

Une fois au championnat national, Geneviève a connu un concours exceptionnel en réussissant ses barres au premier essai à 1m62, 1m67 et 1m70 ce qui lui a permis de remporter le bronze et de réussir l'exploit de terminer 3e alors qu'elle était classé 12e avant de débuter la compétition. C'est une belle démonstration que tout peut arriver en compétition si on croit en ses moyens.

Podium du saut en hauteur chez les femmes, médaille de bronze surprise pour Geneviève Gagné. 

6. Une belle 8e place par équipe pour la formation féminine du Rouge et Or.

Bien que l'athlétisme soit un sport individuel, la notion d'équipe devient très importante lors des championnats provinciaux et nationaux universitaires. Avant l'édition 2017 du championnat national universitaire, l'équipe féminine du Rouge et Or n'avait jamais fait mieux qu'une 11e place sur la scène canadienne.

Grâce à la contribution de plusieurs athlètes, l'équipe est parvenue à se faire un place dans le Top 10 national pour une première fois en terminant la compétition au 8e rang. Dans le contexte où la majorité des athlètes d'impact de la formation seront de retour l'an prochain et que le recrutement s'annonce très bien, on peut espérer que 2017 marquera une nouvelle ère où la formation lavalloise sera en mesure de faire sa place parmi les meilleures équipes au pays année après année.


Classement par équipe chez les femmes au championnat U Sports. 

5. Aurélie Dubé-Lavoie impressionne et monte sur le podium au 1500m.

Bien rare sont les étudiants-athlètes qui parviennent à monter sur le podium du championnat national universitaire alors qu'ils en sont à leur première année d'admissibilité sur le circuit. Aurée Dubé-Lavoie a réussi ce tour de force à Edmonton alors qu'il aurait été difficile de prévoir cet exploit.

Dans une course relativement stratégique où aucune coureuse ne semblait vouloir imposer un rythme rapide en début de course, Aurélie a su bien se positionner et placer une attaque avec un peu moins de 400m à faire en s'échappant avec Gabriela Stafford qui allait par la suite remporter l'épreuve. Rejoint par Lucia, la soeur cadette de Gabriela, avec une centaine de mètres à faire, Aurélie a su maintenir l'allure en fin de course pour mettre la main sur le bronze. Il s'agit probablement du plus grand accomplissement de la jeune carrière d'Aurélie. Gageons que cette médaille de bronze contribuera à lui donner la confiance nécessaire pour continuer de nous surprendre lors des grand rendez-vous dans les prochains mois.


Aurélie Dubé-Lavoie rivalisant avec Gabriela et Lucia Stafford avec 200m à faire au 1500m.

4. Un podium pour l'équipe de 4x200m féminine du Rouge et Or.

Avant le début de la saison universitaire d'athlétisme 2017, aucune formation féminine de l'histoire du RSEQ n'avait réussi l'exploit de compléter un 4x200m sous 1:40.00. Lors des qualifications du 4x200m du championnat national de cette année, les filles du Rouge et Or ont été les premières à briser cette marque en remportant leur section en 1:39.95. Par contre, c'est en finale que l'exploit est survenu avec un chrono sous les 1:39.00, ce qui paraissait impossible il y a quelques mois.

Au delà du chrono, la performance de 1:38.84 de Marie-Colombe St-Pierre, Andréanne Frigon, Rose Émilie Carrier et Charlie Dorval permet à l'équipe de remporter le bronze et de devenir la première équipe féminine de relais de l'histoire du Rouge et Or Athlétisme a être médaillée sur la scène nationale.

Mention spéciale à mon collègue Fabrice Akué, entraîneur responsable des épreuves de sprint qui a fait un travail exceptionnel cette année et qui est en grande partie responsable de ce podium historique pour l'équipe.

C. Dorval, R-É Carrier, A. Frigon et M-C St-Pierre, l'équipe médaillée de bronze au 4x200m.

3. Un doublé pour le Rouge et Or au 3000m masculin.

Bien que les conditions de ce doublé furent particulière avec la problématique du compte-tour, reste que le doublé d'Antoine Thibeault et d'Igor Bougnot au 3000m a quelques chose de bien spécial. On avait déjà vu deux athlètes du Rouge et Or monter sur un même podium national à quelque reprises dans le passé, mais jamais un doublé Or-Argent n'avait eu lieu. Bravo à Antoine et Igor pour ce doublé et merci à Igor, cet étudiant français, d'avoir fait confiance au programme du Rouge et Or cette année. Son apport à l'équipe a été significatif et ce autant par son comportement exemplaire et sa bonne humeur que par ses performances étincelantes.

Pour les amateurs de statistiques, c'est au 1000m en 2012 et au 3000m en 2016 que l'on avait déjà vu deux membre du Rouge et Or sur un même podium national. (2012 1000m - Argent Jean-Samuel Lapointe et Bronze Charles Philibert-Thiboutot. 2016 3000m Or Antoine Thibeault et Bronze Jean-Samuel Lapointe).

Podium du 3000m masculin avec un doublé pour le Rouge et Or. 

2. Antoine Thibeault remporte l'or au 3000m et l'argent au 1500m.

Après un championnat exceptionnel en 2016 où Antoine avait réalisé le doublé sur 1500m et 3000m, il a répondu aux attentes encore une fois en défendant son titre au 3000m en plus de remporter l'argent au 1500m. Il y avait certainement une pression supplémentaire cette année en raison de ces succès de l'an dernier, mais Antoine a su bien gérer la situation et livrer deux solides performances.

Antoine rentre donc dans une courte liste des grands de l'histoire du Rouge et Or Athlétisme qui ont été champion national à plusieurs reprises. On pense notamment à Geneviève Thibeault, David Gill et Charles Philibert Thiboutot qui ont déjà réussit cet exploit dans le passé. Comme il sera encore éligible sur le circuit universitaire l'an prochain, Antoine risque de graduer de l'Université Laval avec un palmarès particulièrement remarquable.


Antoine Thibeault médaillé d'or au 3000m et d'argent au 1500m lors du championnat national. 

1. Un premier podium national pour équipe dans l'histoire du Rouge et Or.

Ce qui semblait impossible il y a à peine quelques années est maintenant réalité. La formation masculine du Rouge et Or a remporté le bronze par équipe lors du championnat national universitaire en terminant la compétition derrière Guelph et Windsor. Félicitations aux 16 étudiants-athlètes qui ont marqué l'histoire de la formation à Edmonton lors de ce championnat national.

C'est certainement une des réalisation dont je suis le plus fièr depuis le début de ma carrière d'entraîneur, notamment car il s'agit d'un accomplissement qui nécessite plusieurs années de travail par un grand nombres de personnes. Je prends donc le temps de remercier l'ensemble des étudiants-athlètes, des entraîneurs et des administrateurs qui ont permis à l'équipe de progresser de façon significative dans les dernières années.

Le sentiment qui m'a habité lors de la confirmation de ce podium national ressemblait beaucoup à ce que j'ai vécu à l'automne 2012 lorsque la formation masculine de cross-country remportait sa première médaille national par équipe de l'histoire. Suivant ce podium de 2012 en cross-country, l'équipe est montée sur le podium cinq années consécutives pour en venir à remporter les grands honneurs cet automne en 2016. En espérant que nous serons en mesure de débuter une séquence aussi impressionnante en athlétisme que ce que nous avons fait en cross-country.


L'équipe masculine du Rouge et Or qui remporte le bronze, un premier podium par équipe de l'histoire du programme.



À bientôt


Coach Lapointe

vendredi 30 décembre 2016

Top 10 2016

Top 10 - 2016

Comme je prends maintenant plaisir à le faire depuis quelques années, voici un Top 10 de ce qui a marqué ma dernière année comme entraîneur dans le milieu de l'athlétisme. 
Je profite de l'occasion pour remercier les athlètes avec qui j'ai travaillé depuis mes débuts, c'est grâce à vous que j'ai la chance de progresser comme coach et de vivre pleinement ma passion.  

10) Parcourir le globe, un chrono à la main.
Depuis quelques années, ma profession d’entraîneur m’amène à voyager plus souvent qu’à mon tour. Cela fait désormais partie de ma routine d’être à l’étranger sur un base régulière et cela m’a permis de vivre une foule d’expériences exceptionnelles.
La dernière année m’a notamment permis de me rendre deux fois au Brésil, une fois en Belgique, une fois en Arizona et trois fois en Californie. En plus de cela, s’ajoutent les nombreux voyages un peu partout au Canada ainsi que sur la côte est américaine.
C’est en quelque sorte un privilège de pouvoir découvrir le monde en accompagnant des athlètes à l’étranger lors des compétitions et camps d’entraînement, cela me permet notamment de découvrir de nouvelles cultures, d’admirer de merveilleux paysages et de côtoyer des athlètes et entraîneurs de haut niveau des quatre coins du globe.

Camp d'entraînement à San Diego avec Charles Philibert-Thiboutot et Guillaume Ouellet en février 2016. 

9) Excellente progression d’Aurélie Dubé-Lavoie.
Après une bonne saison en plein air 2015 à sa dernière année chez les juniors, Aurélie passait chez les séniors en 2016 avec l’objectif de poursuivre sur sa lancée de l’année précédente. On se souvient qu’elle avait notamment été en mesure de se tailler une place sur l’équipe nationale lors du championnat pan-américain junior 2015.
Aurélie a certainement surpassé les attentes lors de cette première année chez les séniors en abaissant ses records personnels de façon significatives sur 800m, 1500m et 5000m (de 2:15.37 à 2:08.23 sur 800m, de 4:29.62 à 4:24.46 sur 1500m et de 16:55.34 à 16:39.04 sur 5000m).
Elle s’est même permise de se tailler une place en finale des essais olympiques sur 1500m à Edmonton en étant la plus jeune athlète à prendre part à cette finale. Gageons que l’expérience acquise lors de cette finale nationale lui servira dans les prochaines années.

Aurélie Dubé-Lavoie portant les couleurs du Rouge et Or à l'automne 2016. 


8) Jessy Lacourse se joint au CAUL et au Rouge et Or.
À l’hiver 2016, Jessy Lacourse s’est installée à Québec pour terminer ses études collégiales enplus de profiter des installations et du groupe d’entraînement de l’Université Laval. J’ai donc eu l’occasion de commencer à travailler avec cette athlète à ce moment en collaborant avec son entraîneur Jacques Hince.
L’intégration de Jessy au sein du groupe s’est bien déroulée et j’ai appris à connaître une athlète enjouée et intense qui a connu une excellente saison estivale 2016 en enregistrant des records personnels sur 800m, 1500m, 3000m et 3000m steppe. En plus de cela, Jessy a été double médaillé d’argent des championnats canadiens juniors (3000m steeple et 3000m). 
Il y a quelques semaines, Jessy a confirmé qu’elle se plaisait dans son nouvel environnement en officialisant qu’elle fera ses débuts avec le Rouge et Or à l’automne 2017. Son arrivée avec la formation universitaire aidera grandement l’équipe de cross-country à progresser. Jessy devrait être une des athlètes d’impact de la formation dans les prochaines années en compagnie d’Aurélie Dubé-Lavoie et d’Anne-Marie Comeau.

Jessy Lacourse qui confirme qu'elle se joint officiellement au Rouge et Or. 

7) Un agréable séjour en Belgique.
Parmi les projets de camps et de compétitions que j’ai réalisé depuis le début de ma carrière, la tournée de compétitions de la Fédération Québécoise d’Athlétisme en Europe est certainement un des défis que j’apprécie le plus. Après une première expérience en 2014, j’ai eu la chance d’être de nouveau l’entraîneur-gérant en charge du projet en 2016.
Le fait que les athlètes québécois ont particulièrement bien fait lors de cette tournée de compétitions en 2016 a certainement contribué à ce que l’expérience de cette année soit positive. Je garde particulièrement de bons souvenirs du Memorial Rasschaert à Ninove en Belgique où Antoine Thibeault, Yves Sikubwabo et Nicolas Morin ont tous les trois enregistré des records personnes sur 1500m en franchissant la barrière des 3:45.00 avec des chronos respectifs de 3:43.66, 3:43.89 et 3:44.43.
En plus des excellentes performances des athlètes québécois, l’opportunité de faire un peu de tourisme dans quelques villes belges a certainement bonifié ce séjour sur le vieux continent.

Antoine Thibeault, Yves Sikubwabo et Nicolas Morin après leurs records personnels sur 1500m en Belgique. 

6) Le CAUL premier au pays en cross-country chez les seniors hommes.
Après une deuxième place l’an dernier, les hommes séniors du CAUL ont été en mesure de
l’emporter cette année lors du championnat canadien de cross-country à Kingston.
L’exploit est d’autant plus impressionnant en raison du fait que Charles Philibert-Thiboutot n’a pas été en mesure de participer à la course, car il était malheureusement malade la journée de ce championnat.
Yves Sikubwabo (13e), Emmanuel Boisvert (21e), Alexandre Ricard (28e), Keven Bédard (34e) , Vincent Hoa Mai (42e) et Félix Pouliot-Richard (72e) ont été les six représentants du CAUL qui ont mené l’équipe à une victoire en devançant d’un petit point le club ontarien Newmarket Huskies. Belle victoire collective rendue possible grâce à la profondeur de l’équipe.
L'équipe du CAUL qui remporte le championnat canadien senior de xc à Kingston. 

5) Jean-Simon Desgagnés, un jeune en pleine progression.
Jean-Simon Desgagnés est un athlète junior membre du CAUL depuis quelques années et il démontre de très belles aptitudes. C’était jusqu’à tout récemment mon collègue Sylvain Cloutier qui était principalement en charge de son encadrement et Jean-Simon a fait le saut au sein de mon groupe en août 2016.
Parmi les qualités qui font de Jean-Simon un athlète redoutable, il y a certainement sa capacité à élever son niveau d’un cran lors des grands rendez-vous. Il en a fait preuve en novembre
dernier à Kingston alors qu’il a causé la surprise en se taillant une place sur l’équipe nationale en prévision du championnat du monde de cross-country qui aura lieu en Ouganda en mars  2017. J’aurai la chance de l’accompagner dans cette aventure africaine, puisque je serai membre de l’équipe canadienne d’encadrement lors de ce championnat international.

Jean-Simon Desgagnés en action sur les Plaines D'Abraham en octobre 2016.

4) Yves Sikubwabo de plus en plus à l’aise dans son nouvel environnement.
En commençant à encadrer Yves Sikubwabo à l’automne 2015, j’ai rapidement pris conscience de l’étendue de son talent. Au courant de la dernière année, nous avons eu l’occasion d’apprendre à travailler ensemble en peaufinant petit à petit quelques détails en lien avec son entraînement pour lui permettre d’être de plus en plus à l’aise et apte à réaliser de belles choses en compétition.
Après un été relativement satisfaisant ponctué de record personnel sur 1500m en 3:43.89 et sur 5000m en 14:05.23, c’est finalement en cross-country qu’Yves a été le plus impressionnant en remportant le championnat provincial québécois ainsi que le championnat national universitaire sur les Plaines d’Abraham.
La façon dont il a contrôlé la course lors du championnat national universitaire en s’échappant du peloton de tête dès le quatrième kilomètre a été très impressionnante. Cette journée-là, Yves volait sur le parcours des Plaines d’Abraham et il est devenu le premier coureur de l’histoire du Rouge et Or a remporté un championnat canadien universitaire de cross-country.
Ses succès en compétitions sur 10km cross-country ainsi que son aisance à l’entraînement sur les efforts prolongés laissent présager qu’il pourra grandement améliorer son record personnel sur 5000m dans la prochaine année et qu’il sera éventuellement un excellent coureur de 10 000m.

Yves Sikubwabo en route vers la victoire au championnat U Sports de XC 2016. 

3) Les Jeux Paralympiques
En août dernier, j’ai eu la chance de faire partie du personnel d’encadrement de l’équipe canadienne lors des Jeux Paralympiques. Il s’agissait de ma deuxième opportunité comme entraîneur avec l’équipe paralympique après les Jeux Para-Panaméricains de Toronto à l’été 2015.
Guillaume Ouellet, un athlète avec handicap visuel que j’encadre depuis quelques années, était membre de l’équipe nationale. Ce fut très stimulant de pouvoir l’accompagner lors de ces premiers Jeux Paralympiques. Guillaume est un athlète inspirant avec une étique de travail remarquable qui a notamment rempoté le championnat du monde 2015 au 5000m T13.
Guillaume a bien fait lors de ces jeux en terminant neuvième au 1500m en établissant un nouveau record personnel et quatrième au 5000m dans la catégorie T13. Bien que l’objectif était de monter sur le podium au 5000m, Guillaume a livré de solides performances à Rio et il revient de ces Jeux avec l’ambition de faire encore mieux dans quatre ans.
Pour revenir à mon expérience lors des Jeux Paralympiques, je devais superviser un petit groupe d’athlètes spécialisés dans les épreuves d’endurance et ce, dès le camp d’entraînement pré-compétition qui à eu lieu à Juiz de Fora au Brésil quelques jours avant les Jeux Paralympiques. Athlétisme Canada coordonne généralement ce genre de camp avant les Jeux Olympiques, les Jeux Paralympiques et les championnats du monde. Cela a été une belle  expérience que d’apprendre à travailler avec ce groupe d’athlète pour les aider à optimiser leurs performances lors des Jeux Paralympiques.
En étant officiellement sur la délégation canadienne et en demeurant sur le village olympique, j’ai pu constater que les Brésiliens étaient très accueillants et qu’ils avaient fait des efforts importants pour être d’excellents hôtes lors des Jeux Olympiques et Paralympiques.
Guillaume Ouellet et moi-même aux Jeux Paralympiques de Rio. 

2) L’expérience Olympique
En août dernier, j’ai eu la chance de vivre ma première expérience olympique alors que Charles Philibert-Thiboutot prenait part au 1500m lors de ce grand rendez-vous.
Contrairement aux Jeux Paralympiques, je ne voyageais pas officiellement avec l’équipe canadienne et je ne demeurais pas au village Olympique, j’ai par contre eu la chance d’avoir accès à une accréditation me permettant d’accompagner Charles Philibert-Thiboutot à la piste d’entraînement et à la piste d’échauffement. J’ai donc pu supporter Charles dans les dernières étapes de sa préparation vers ses courses aux Jeux Olympiques, l’accompagnant dans son échauffement jusqu’à ce qu’il se rende à la chambre d’appel quelques minutes avant le départ de sa course.
C’est assez impressionnant de constater la fébrilité, la tension et l’excitation qui règne à la piste d’échauffement où les athlètes peaufinent leur préparation tout juste avant de prendre part à leurs épreuves. C’est en quelque sorte la dernière étape d’un cheminement de plusieurs années où les athlètes ont dû se surpasser et franchir bien des obstacles avant de finalement participer aux Jeux Olympiques.
Comme entraîneur, j’ai moi aussi vécu une certaine fébrilité lors des Jeux Olympiques, surtout lorsqu’est venu le moment où Charles a pris le départ de ses courses en qualification et en demi-finale. À cette étape, l’entraîneur a bien peu de contrôle sur la performance de l’athlète et on passe par toute la gamme des émotions durant les quelques minutes de cette course de 1500m.
En plus d’accompagner Charles lors des Jeux, j’ai eu l’occasion de visiter Rio de Janeiro, d’assister à plusieurs autres épreuves de l’athlétisme et d’être spectateurs à quelques autres sports (soccer, volley-ball, triathlon).
Bref, je garde plusieurs bons souvenirs de Rio et cela me motive à progresser comme entraîneur au courant du prochain cycle olympique pour être en mesure d’aider Charles à se présenter au Jeux Olympiques de 2020 encore mieux outillé en plus d’idéalement permettre à d’autres athlètes que j’encadre de se qualifier pour les Jeux de Tokyo.
Charles Philibert-Thiboutot et moi-même à la piste d'entraînement des Jeux Olympiques de Rio. 

1) Les hommes de cross-country du Rouge et Or champions canadiens universitaires !
C’est déjà la sixième année où j’évolue comme entraîneur-chef de l’équipe d’athlétisme et de cross-country du Rouge et Or et un des objectifs ambitieux qui m’habite depuis le début de  cette aventure a toujours été de guider la formation masculine de cross-country vers un titre national universitaire.
Bien que l’objectif pouvait sembler irréaliste il y a six ans, j’ai toujours cru au potentiel de la cohorte d’étudiants-athlètes avec qui je travaille depuis quelques années. Dans le sport universitaire canadien, les athlètes sont admissibles pour une durée maximales de cinq ans. En 2016, la formation masculine du Rouge et Or était à maturité et il y avait une fenêtre d’opportunité permettant d’aspirer au plus grand honneur sur la scène nationale.
En plus du potentiel athlétique des athlètes à maturité, c’est l’expérience acquise lors des derniers championnats nationaux avec les podiums par équipe de 2012-2013-2014 et 2015 qui me permettait de croire que la formation pouvait aspirer aux plus grands honneurs en 2016.
L’équipe avait tout ce qui était nécessaire pour l’emporter, à commencer par l’expérience et la connaissance des exigences de la tâche à accomplir. Après quelques années à terminer deuxième ou troisième au pays, nous étions tous conscients de ce qui était nécessaire pour l’emporter cette année.
Au delà de la victoire collective de cet automne, c’est le processus pour y arriver et le contexte de cette victoire qui rendent cet accomplissement encore plus marquant. 
Cette victoire s’est bâtie petit à petit au courant des dernières années par l’ensemble des athlètes qui ont fièrement porté les couleurs du Rouge et Or en enchainant les kilomètres, en cumulant les victoires, mais aussi en apprenant de nos erreurs pour finalement en venir à bâtir l’identité de cette équipe championne.
Le fait que cette victoire soit survenue à la maison sur les plaines d’Abraham devant parents et amis a certainement contribué à rendre le moment magique. Je me souviendrai longtemps de l’ambiance qu’il y avait le 12 novembre sur le parcours avec plus d’un millier de spectateurs qui se déplaçaient pour encourager les représentants du Rouge et Or. 
J’aurai également longtemps en mémoire la fin de la course et le moment où j’ai eu la certitude que nous venions de l’emporter en voyant Dany Racine compléter l’épreuve en vingtième position alors qu’il était le cinquième représentant du Rouge et Or à terminer l’épreuve. Cela confirmait que le Rouge et Or n’avait pas seulement remporté la compétition, mais que notre formation avait signé une victoire convaincante.

Avec plusieurs des éléments clefs de la formation qui seront de retour en 2017, il semble très réaliste d’aspirer encore une fois à la victoire en 2017. Il y a beaucoup de travail à accomplir pour y arriver, mais les dernières années m’ont appris que c’est en se fixant des objectifs ambitieux que l’on parvient à de grandes réalisations.

L'équipe masculine du Rouge et Or remporte le championnat national universitaire de cross-country 2016.


Bonne année 2017 à tous !

Coach Lapointe